Peintures académiques et photographies
Hommage aux peintres académiques. Oubliés hier, mis en lumière aujourd’hui, l’histoire de l’art ne reflète jamais que le goût contemporain.

Les essais ou études contre l'art contemporain ne sont pas rares, certaines datent déjà comme « L'art contemporain est-il nul ? » de Patrick Barrer aux éditions Favre, et, finalement, rien ne change. Mais ça finira bien par arriver, tôt ou tard, comme la fin du monde d'ailleurs... Lorsque l'on possède tout, il reste encore possible de soigner sa vanité en se portant acquéreur aux prix complètement déraisonnables et extrêmes de biens immobiliers, toujours, de voitures de collection aujourd'hui ou, hier, de tableaux de Maître... Mais désormais tout se sait par Internet et les Gilets Jaunes n'ont pas abdiqué.

http://education-programme.over-blog.com/2019/03/chassagne-montrachet.html

http://marc-verat.blogspot.com/2019/03/la-charite-sur-loire.html

Nevers - Nièvre

Chassagne-Montrachet

La Charité-sur-Loire

POUGUES LES EAUX - FIN DE SIECLE
Le site du parc Saint-Léger et les peintures des images appartiennent à la même époque et leurs auteurs sont aujourd'hui tombés dans l'oubli.

C'est d'ici, sous la verrière du Pavillon des Sources, près des deux fontaines roses, qu'opéraient les Donneuses d'eau. Elles se devaient toujours d'être aimables et souriantes avec les curistes.
Pleines d'attention, elles offraient aux visiteurs de passage un gobelet ou une coupe d'eau curative et bienfaisante.
Tout baigneur qui désirait suivre un traitement devait en faire la déclaration au bureau de l'administration. Une carte d'abonnement à la buvette lui était alors délivrée. Cette carte numérotée lui donnait également droit à l'accès au parc de l'établissement et à la circulation dans toutes les propriétés de la Compagnie.

http://marc.verat.pagesperso-orange.fr/v1.htm

L'Art académique entre au Centre d'Art de Pougues ?

L'Art, de tout temps, a principalement été le fait du Prince et dans les années 80 l’Etat français a décidé de renouer avec une tradition, chère à l'Ancien Régime mais aussi à la Troisième République, celle de l’achat et la commande publics. L’Art académique ou « Pompier » d’alors se devait de respecter les critères dictés par l’Académie des Beaux-Arts. Aujourd’hui, la Délégation aux Arts Plastiques, nouvelle instance de tutelle du goût, adopte des règles plus internationales mais dans le genre toutes aussi strictes...
A un interlocuteur qui critiquait l'enseignement de l'Ecole des Beaux-Arts, Gérôme rétorqua avec malice qu'il est sans doute bien plus aisé d'être incendiaire que pompier. Gérôme en vieillissant devint le symbole de la réaction. Le triomphe de l'avant-garde qu'il avait combattue devait lui être fatal : il connut une éclipse de près d'un siècle, sort qu'il partagea d'ailleurs avec ses collègues de l'Institut.
Aux yeux du public de cette fin de siècle le sujet reste primordial avant d'être « une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées », selon la définition annonciatrice de la peinture moderne de Maurice Denis.

http://verat.pagesperso-orange.fr/la_peinture/Art-academique-Centre-d-Art.htm

Mais qu'est-ce-que l'Urbex ?

Les vestiges d'un passé récent, Les bâtiments à l'abandon, plus ou moins en ruine, plus ou moins isolés, parfois perdus dans la campagne, la forêt... ont désormais un nom pour les désigner : Haikyo en japonais, et en europe Urbex. Mais l’exploration urbaine reste généralement clandestine, souvent prohibée en France par quelques décrets, arrêtés préfectoraux, ou règlements internes de certaines administrations...

http://verat.pagesperso-orange.fr/Lambiotte-Urbex_2015.htm

 

 

 

 

 ELOGE DE L'IMAGE - Marc VERAT - Capture d'écran