TECHNIQUE   

Pendant longtemps, les peintres préparèrent ou firent préparer sous leurs yeux les couleurs, les huiles et les vernis qu'ils employaient. Les élèves étaient chargés de ce soin. C'est par là que débutait leur apprentissage ; de sorte que avant de manier le pinceau, ils étaient déjà instruits de ce qu'il convient de faire pour rendre la peinture durable.

(J-F Mérimée, De la peinture à l'huile)


Pour assouplir la matière une huile de table, colza-pépins de raisin, a été préférée à une huile de lin qui a tendance à jaunir. Une goutte de vernis à vieillir rend le mélange, peinture-huile préparé sur une palette propre, non poreuse, éventuellement plus siccatif.
Le fondu des couleurs s'obtient progressivement à la brosse, aux pinceaux, sur une toile qui a préalablement reçu une couche de peinture glycérophtalique satinée. Les traces sont effacées avec un gros pinceau sec à poils souples. Pour terminer, la peinture reçoit une ou deux couches de vernis à vieillir.

 

 

Saint-Honoré-les-Bains

 

 

 La Charité-sur-Loire

 

 

Anne-Marie (cm) 100 X 81

 

 

Pain / Douleur (cm) 61 X 50 

 

 

Anne (cm) 81 X 65

 

 

Pougues-les-Eaux

 


 

marc-verat@wanadoo.fr